L’intelligence émotionnelle au service de la réussite

La notion d’intelligence analytique, mesurée par le QI, laisse progressivement une place plus grande à une autre forme d’intelligence, l’intelligence émotionnelle, mesurée par le QE.  Des études ont montré que la réussite dans la vie, ne dépend du QI que pour 20%.

Bien que le sujet de l’intelligence émotionnelle soit aujourd’hui très répandu, il est encore peu intégré dans les entreprises. C’est pourtant ce type d’intelligence qui peut conduire les équipes à dépasser leurs capacités et à exceller dans leur domaine. Alors essayons de comprendre d’avantage le mécanisme de ce quotient émotionnel.

Tout d’abord, un point sur les émotions.

Si ce que nous ressentons est souvent attribué à notre coeur, ou notre inconscient, c’est d’abord dans le cerveau qu’il faut chercher l’origine des émotions. En effet, dans notre cerveau, le siège des émotions se situe au niveau de l’amygdale.

Il faut également prendre conscience que nous ne pouvons pas influencer ou contrôler nos émotions. Elles se manifestent de manière instantanée et nous donnent des indications pour passer à l’action.

Définition de l’intelligence émotionnelle

Il s’agit de la capacité à reconnaitre, comprendre et maitriser ses émotions et à composer avec ses émotions et celles des autres.

Les compétences pour réussir

Pour exceller dans son activité professionnelle, Daniel Goleman, psychologue américain, et auteur du célèbre livre « L’intelligence émotionnelle » relève plusieurs critères :

  • les capacités cognitives
  • l’expertise dans son domaine
  • l’intelligence émotionnelle.

 

Il est donc important pour les dirigeants et les managers de savoir mettre en balance ces 3 critères et de ne pas s’arrêter aux deux premiers. Car c’est justement l’intelligence émotionnelle qui fera la différence entre un bon collaborateur avec des compétences « techniques » et un excellent collaborateur.

Quelles sont les compétences émotionnelles

Les compétences émotionnelles (qui sont au nombre de 25) se répartissent en 5 groupes :

  • La conscience de soi : connaitre ses états intérieurs, ses préférences, ses ressources et ses intuitions
  • La maitrise de soi : savoir gérer ses états intérieurs, ses impulsions, ses ressources.
  • La motivation : les tendances émotionnelles qui nous aident à atteindre nos buts
  • L’empathie : la conscience des sentiments, besoins, et des soucis d’autrui.
  • Les aptitudes sociales : induire des réponses favorables chez les autres.

J’aurai l’occasion de revenir sur le contenu de ces différents groupes. 

Je vous souhaite une bonne journée.

Valérie

Share:

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On Key

Related Posts

Les différents états d’esprits et leurs incidences.

Avez-vous déjà rencontré certaines personnes dans votre entourage, qui sont toujours positives et réagissent de manière constructive, quoi qu’il arrive ? Des personnes qui, face à une difficulté ou un échec, se disent : c’est génial, je vais apprendre pour m’améliorer. Je suis fascinée par un tel état d’esprit, une telle capacité à rebondir face

L’intelligence émotionnelle au service de la réussite

La notion d’intelligence analytique, mesurée par le QI, laisse progressivement une place plus grande à une autre forme d’intelligence, l’intelligence émotionnelle, mesurée par le QE.  Des études ont montré que la réussite dans la vie, ne dépend du QI que pour 20%. Bien que le sujet de l’intelligence émotionnelle soit aujourd’hui très répandu, il est

L’automne et nos ressentis : comment garder une humeur au beau fixe.

L’arrivée de l’automne influe sur notre humeur (baisse de la luminosité, conditions climatiques…). Les jours diminuent et nous produisons plus de mélatonine (cette hormone régule les cycles du sommeil), et moins de sérotonine (hormone déclenchée par l’exposition à la lumière). Ces conditions biologiques sont propices à la baisse de moral. J’entends souvent autour de moi,

Découvrir le métier de coach

Dans ce premier article, je souhaitais partager mon expérience du coaching car j’éprouve un très grand plaisir à exercer ce métier. Actuellement, je termine un livre sur les typologies de personnalité et ce genre de sujets me passionne : comprendre le fonctionnement de l’individu, la façon dont il perçoit le monde, ce qui le motive

Retour haut de page