Développer ses compétences décisionnelles pour le leader demain.

 

Le monde de l’entreprise se complexifie depuis quelques années, et cette tendance tend à s’accélérer. L’accès à l’information, la digitalisation nécessitent des prises de décisions ultra rapides, et une agilité à tous les niveaux. De plus, les équipes multiculturelles, le changement d’organisation au travail comme par exemple le travail de plus en plus nomade, mais également la collaboration entre générations, le besoin d’avoir du sens sont autant de facteurs qui impactent le mode de travail et la nécessité pour le leader de s’adapter.

Vous avez peut être déjà entendu parlé de la notion VUCA pour traduire le contexte des entreprises d’aujourd’hui et de demain ? Il s’agit d’un acronyme, emprunté au domaine militaire, qui signifie Vulnerability, Uncertainty, Complexity, Ambiguity.

Comment VUCA impacte l’entreprise ?

1/ Volatilié

La situation de l’entreprise évolue de manière rapide et imprévisible. Les marchés (et donc les prix) fluctuent, les clients sont inconstants,  la concurrence et les modèles économiques parfois disruptifs génèrent des changements importants et difficiles à maitriser.

2/ Incertitude 

Il devient presque impossible de prédire des résultats. Le passé ne donne plus d’indication suffisamment reproductible pour pouvoir s’appuyer sur cette expérience. Les innovations technologiques bouleversent l’ordre établi, les habitudes de travail et obligent à se réinventer sans cesse, sans savoir avec précision quelles seront les conséquences.

3/ Complexité

Un nombre croissant d’interactions, des marchés qui se mondialisent, des concurrents, des fournisseurs qui évoluent rapidement, ce qui rend les situations difficilement compréhensibles.  Les données à analyser sont plus nombreuses et complexes.

4/ Ambiguité

Les processus décisionnels sont parfois obscurs, il y a de nombreuses options possibles. Il devient difficile de distinguer sans risque de se tromper des réglementations, des normes et leurs impacts sur l’offre de l’entreprise.

Il est nécessaire que les leaders puissent développer leurs compétences pour s’adapter à cet environnement. Les soft skills font partie des évolutions à prendre en compte dans les aptitudes des leaders. Ils doivent changer leurs méthodes de management et d’apprentissage pour s’assurer de conduire leurs équipes en restant inspirants et moteurs.

Quel impact pour le leader ?

Il est nécessaire de développer sa vision en analysant les risques, les causes, en imaginant différents scenarii, en écoutant ses équipes, ses clients et partenaires.

De même pour garantir d’avantage de compréhension, le leader doit rester en veille sur son environnement, ne pas avoir peur d’expérimenter et d’ajuster en permanence. Il doit faire preuve de transparence même dans les situations inconfortables pour garder la confiance de ses équipes.

Pour gagner en clarté, il peut s’entourer, se faire accompagner pour prendre du recul et envisager la situation sous un angle nouveau, développer son réseau, ses partenaires, et garder un esprit ouvert, critique et comprendre en quoi son attitude, ses choix et décisions influent sur son environnement.

Bien sûr, l’agilité reste un point important pour écouter la voix du client, rechercher l’amélioration continue. Il est important de créer un climat favorable et propice à la créativité de chacun. Repenser l’organisation avec moins de verticalité, accepter de travailler d’avantage en mode projet, avec des équipes transverses, parait essentiel. Ecouter, faire confiance à son intuition et la gestion des émotions permettent d’accroitre l’efficacité et la performance du leader, mais aussi de toute son équipe.

Pour le dirigeant d’entreprise, il y a donc un défi prioritaire : développer le leadership des jeunes générations et s’assurer d’attirer, de conserver des talents.

Selon le rapport WEF Davos 2016, les 10 principales compétences du leader de demain sont :

1. Capacité à résoudre des problèmes complexes

2. Esprit critique

3. Créativité

4. Gestion de l’humain

5. Collaboration

6. Intelligence émotionnelle

7. Pouvoir de discernement et décision

8. Orientation services

9. Sens de la négociation

10. Agilité cognitive.

Les entreprises doivent en priorité investir sur les futurs managers, travailler à l’intégration des nouvelles générations et de la diversité multiculturelle, à la flexibilité du travail (flex office, home office….), à la reconversion et au renforcement des talents, et à prioriser les programmes de formations.

Le coaching est un outil puissant pour les dirigeants d’entreprise en leur apportant un espace sécurisé pour travailler au développement de leurs compétences, de celles de leurs équipes, et pour accompagner le changement dans ce contexte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *